Carlo Re d’Alemagna, l’un des derniers opéras d’Alessandro Scarlatti, écrit à Naples, est créé en janvier 1716 au Teatro San Bartolomeo de Naples où Scarlatti, en 1708, reprend son ancien poste auprès du Vice-­Roi.

À l’époque, les deux plus célèbres chanteurs d’Europe de l’époque tiennent les rôles principaux : la soprano Margherita Durastanti (Giuditta) et le castrat Senesino (Loratio) !

Carlo Re d’Alemagna est, à bien des titres, un exemple typique d’opéra baroque napolitain. Les conflits intérieurs et extérieurs des personnages sont approfondis dans les arias, en réaction à l’action confiée aux récitatifs. C’est la position du personnage dans la hiérarchie sociale qui définit le cadre de sa personnalité, et non comme plus tard (chez Mozart) la personnalité qui défini le personnage. Cet opéra traite de l’accession au pouvoir et de son exercice : une problématique toujours actuelle à bien des égards (ici le pouvoir royal, et l’incertitude sur la légitimité de Carlo à succéder au roi défunt).

Fabio Biondi returns with the first recording of 'Carlo, Re d'Alemagna' by Alessandro Scarlatti, first performed in Naples in January 1716. The opera was resurrected in 2003 by Biondi (the leader of the innovative ensemble Europa Galante) who led a concert performance with the Stavanger Symphony Orchestra. 

This studio recording was made in late 2009. It is in many ways a typical example of Neapolitan Baroque opera with action assigned to the recitatives whilst the characters are developed during the arias. 

The opera deals with the accession to power and its exercise: an ever present problem in many ways and about the legitimacy of Carlo, successor to the late king. A mixture of opera seria and opera buffo, a requirement for the contemporary Neapolitan public c1690, is also found here. WORLD PREMIERE RECORDING